lundi 28 avril 2008

Yaoundé : Etape 2

Yaoundé : Etape 2

(amis du voyage, libre à vous de détailler davantage ce message, je fatigue un peu)

Après le havre de paix qu'était Mbalmayo, nous nous sommes rendus en bus à la grande ville.
Yaoundé, 2 millions d'habitants si ce qu'on nous a dit est exact.

La ville aux sept collines.
Nous en avons compté beaucoup plus, mais c'est ainsi qu'on la nomme.

Petits panoramiques (on ne voit pas grand chose).
C'est immense en vrai.

Rien à voir avec Mbalmayo.
Effervescence, agitation et fourmillière permatente.
Les gens sont partout, partout, partout.
Les taxis jaunes aussi.

C'est le moyen de transport number one à Yaoundé!
Ca coûte environ 200FCFA par course et par personne.
Soit 2 anciens francs ou 30 cents d'euros.
On y monte à 6 ou 8 ou plus, on descend au milieu d'un carrefour, on conduit comme des fous!
Des fois ils tombent en panne aussi.
Ca change du tramway!


Peu de tranquillité et impossible de penser passer inaperçu.
Le troupeau de blancs que nous étions s'est fait remarquer partout où il passait.
Avec des interpellations pas méchantes, mais étonnantes "oh, la blanche"!
Ce à quoi il faut répondre " oh, le noir", sans plus de complication que cela.

Dans Yaoundé, se cotoient plus de différences sociales.
On devine davantage de misère qu'à Mbalmayo et plus de contrastes.
Tellement de vendeurs de fruits, biscuits, chewing gum, beignet, mouchoirs, plaques d'immatriculation, eau, glace, yaourt, cahiers, chaussures, produits pharmaceutiques ...dans le rue.
Tout se vend et n'importe où.

De partout nous voyions le hilton, ce grand hôtel de standing international ou est prévu un grand concert avec by the gospel river.

Pour faire vite.
Yaounde a été plus propice aux répétitions.
Nous y avons retrouvé Emma et son quartet.
Nous avions un QG dans la ville pour répéter, discuter, boire un coup.
l'AMT (assistance militaire technique française: c'est un répère de français, avec aussi des militaires, leurs épouses et enfants. on y trouve des tennis et des cours de judo, etc...).

Répartition dans les familles souvent membres de l'association Amicale Solidarité sans Frontières.
Ces familles d'accueils se composaient de couples mixtes (français camerounais), couple 100% camerounais, ou rien à voir (couple néerlandais pour Pier et Vincent).
Nous étions entre 2 et 8 je crois par famille.
Et à ma connaissance, tout ou presque s'est bien passé.

Au cameroun, on devient l'enfant de la famille dès lors qu'on est sous son toit.

Ces familles, c'était l'occasion d'un autre contact avec le Cameroun.
Plus individualisé, moins en groupe. Très riche.

Mais nous avons vécu Yaoundé au pas de course quasi non stop.

Petit résumé de ces 6 jours à Yaoundé
Mardi:
Voyage de Mbalmayo à Yaoundé
Petit tour en groupe d'un petit parc dans la ville pour pique-niquer.
Découverte du QG, l'AMT et répartition dans les familles.
Accueil par Emma, tout épaté de voir comme il disait "GGS au Cameroun" (avec l'accent, ca rend mieux)

Mercredi:
Répet, répet dirigée par Emma.
Quelques jeunes d'Echo du Paradis sont venus gonfler les rangs (bien maigres) des ténors et des basses.
Nous avions un concert à l'AMT ce soir là avec au programme:
Mozaique, une chorale de l'AMT dirigée par Franklin et en passe de gospelisation
Grenoble Gospel Singers avec ses deux chefs de choeur et By the gospel River (à 3 seulement: Marcel, Magnana, et Emma, François est arrivé plus tard).
Très beau concert devant le public le plus blanc du séjour!
Belle énergie.

Jeudi:
Liberté.
Chacun s'est organisé pour aller faire des achats, partir à la découverte de la ville.

Je raconte ce que nous avons fait nous.
Le marché Mokolo, ou le "sac à dos" devient "sac à ventre". Par mesure de sécurité.
Là bas, les blancs ne passent pas du tout inaperçus!
Et ca demande de prendre un peu sur soi pour s'en sortir.
Tous veulent nous vendre des choses.
Car pour beaucoup; être blanc, c'est être riche.
Mais c'est une longue histoire, que quelqu'un pourra aussi vous raconter.

Puis nous avons fait le marché de l'artisanat, réservé en gros aux touristes.
Tout cela sous l'étroite tutelle de camerounais chevronnés: Adèle (ou Chouchou), nièce de Franklin et jeune femme d'un enthousiasme débordant et d'une joie de vivre folle, ou Auguste.

La soirée s'est finie à l'Awelé, jazz club un peu huppé et réservé à une petite part des Camerounais.
Privilégiés que nous sommes, nous avons eu droit à un concert privé des By The Gospel River.
Aïe, aïe, aïe...
Ils nous ont laissés tous bouché bée!
Qu'ils sont forts!

Vendredi:
Répet à nouveau à l'AMT.
En attendant l'heure, beaucoup sont allée visiter Jonas, et son petit commerce artisanal.
Ce bonhomme est une incarnation de la joie de vivre alors qu'il est profondément handicapé au niveau des jambes.
Son sourire nous a tous beaucoup appris je crois.
Il a un fauteuil mais dans son commerce, il reste à terre et riait avec nous tous.
En nous vendant ses produits à des prix défiant toute concurrence.
Cet homme est magique!

Puis répet en non stop jusqu'au concert du soir à l'église Messa II.
Ou nous attendaient les Gospels Singers de Messa II.
Leur répet nous a impressionnés!
Ils chantent un répertoire très différent du notre, et sont des gens tous croyants.
Comme toutes les chorales rencontrées là bas d'ailleurs.

Tous dansent et c'est beau!
Puis nous avons chanté, nous, puis By The Gospel River au complet, et fini le concert en grosse fête à nouveau.
Un petit "battle" sympathique a précédé le buffet avalé en toute vitesse à la fin du concert.
D'un côté MEssa II, de l'autre, GGS.
Nous avons fait Akanamla (notre tube au Cameroun) et Nsili, qu'ils ont repris avec joie avec nous.

Puis nous avons filé à toute vitesse au Maeva CLub, et oui!
C'est un club cabaret tenu par une cousine de Frank.
Nous y avons vu des danses, des petits spectacles, chanté un petit morceau et mangé un très bon repas.
Invités par Anastasie, la belle cousine de Frank.Très généreux à elle.

Samedi:
liberté à nouveau.
Un repas nous était offert à l'AMT à midi puis chacun vaquait où il voulait.
L'occasion pour mon groupe de prendre un peu de hauteur et d'aller se balader au sommet d'une colline où trône le palais des congrès.
On y a une vue plongeante et panoramique sur cette immense ville.
Impressionnant.
Une belle averse nous y a bloqués une heure.
D'autres étaient au marché et ont je crois un peu pris l'eau.
Le soir, nous sommes quelques uns à s'être retrouvés à l'AMT pour encourager Vincent et Emma qui préparaient le concert du hilton du lendemain. Nous avons fini un filage à 8 choristes, plus les musiciens plus Stephanie, Frank et Emma. Et By The Gospel River, qui en plus de bien chanter, sont des hommes épatants.
c'était plus que bien!
La nuit s'est fini sous un orage apocalyptique. Très impressionnant!

Dimanche:
ou la course non-stop!
Invités à un culte à Messa Mendengo, à 10km du centre ville sur la route de Mbalmayo.
C'était solennel, en langue ewondo (dur de suivre) et plein de danses et de chants.
Visite d'un orphelinat et repas offert chez un ami de Frank, qui appartient à l'église qui nous invitait.
Puis en speed, nous sommes allés au Hilton installer le matériel pour le concert, prévu à 16h30.
Nous avons retrouvé la chorale Echo du PAradis, qui allait chanter quelques morceaux avant nous.
C'était la fête (et le stress pour le son).
Puis, le public est arrivé, bien habillé, dans cette salle (trop climatisée).
Et le concert a commencé!
Avec la présence de l'ambassadeur de France et de sa femme au premier rang.

3 premières parties:
Echo du Paradis,
les Gospel Singers de Messa II
La chorale de Messa Mendogo.
video
Puis GGS, BTGR et encore GGS.
WOuhah!
Ca a envoyé!

Puis, Echo du PAradis a du partir un peu vite (il leur fallait retourner à Mbalmayo et l'heure avancait).
Nous avons rangé, puis nous nous sommes séparés.
En pensant à la troisième étape qui allait commencer dès le lendemain matin tôt.

Kribi,
la mer!!

Mbalmayo Etape 1

Reprenons après les messages de Pier et Marylise.
Ce sera aussi un peu fouillis, j'en ai peur...
Un peu long aussi, même si j'essaie de me limiter.
Notre voyage a comporté plusieurs étapes.

La première dont les amis vous ont déjà parlé était celle de MBALMAYO.
Mbalmayo, ou la "maison".
La famille de Frank, la tribu Akoa Mva en personne et la chorale dynamique d'Echo du Paradis nous ont accueillis comme des rois et fait vivre 4 premiers jours extraordinaires au Cameroun.

Nous étions cooconés, encadrés, c'était la grande colonie de vacances.
Nous étions les "blancs de Mbalmayo".
Visite des sites touristiques de la ville, réception peti-déjeuner chez Monsieur le Maire, concert dans la chapelle de bois et terre battue.

C'était vraiment magique.
Toute la chorale Echo du Paradis ou presque faisait l'école buissonnière pour nous accompagner, nous guider, nous escorter.


Il y a eu les ateliers tressages de cheveux.
Sarah, Christiane, Sylvie, Fanny, Marie Louise et moi (Maëva) sur la terrasse de la maison.
Pensez à nous réclamer une partie de danse "à la jack".

Mbalmayo était dense et tellement heureux!
Nous étions vraiment comme à la maison et cet endroit a été une belle façon de découvrir le Cameroun et les Camerounais.
C'est plus la campagne, moins agité, moins embrouillé que dans les grandes villes.

Mbalmayo réunit en fait 28 villages, compte 120 000 habitants et s'étend sur 40km je crois. (a confirmer ou infirmer les amis).
On y cultive du cacao, du manioc, du macabo, des bananes plantains, du café, des bananes, mangues et papayes...

Autant de produits locaux dont nous nous sommes (plus ou moins selon les gouts ou la santé) régalés.(je n'arrive pas à la tourner)

Ca aura été pour nous tous, le lieu le plus convivial.
Danses africaines au son du balafon sur la terrasse, rires, rencontres décisives pour la suite du séjour, musiques partagées.
video
Mbalmayo...
La balade en pirogue au site écotouristique d'ebogo, ou ce sentiment de revenir il y 1000 ans...

Cette initiation à la cuisine locale.
Poissons délicieux braisés, poulets épicés, bananes plantains frites, riz à l'africaine, ndolé et folon... Pour tous les gouts!
et les fruits... Quel délice!


Nous y avons fait notre premier concert, dans la chapelle de bois et terre battue.
Et là, nous avons été bluffés par le talent des jeunes d'Echo du Paradis.
Ainsi que par leur enthousiasme, et par les réactions du public camerounais.
La bas, on n'hésite pas, si la musique est bonne, on se lève et on vient danser avec l'artiste.
Si l'artiste est bon, on lui frotte le front avec un p'tit billet qu'on lui laisse .
Il faut s'y faire!
Mais on sait tout de suite si ce qu'on fait plait ou non.

Nous leur avons offert le synthétiseur venu de France.
Quelle explosion de joie!
Quelle explosion!
Toutes les mains se sont levées, toutes les bouches ont crié.
C'était...
Frank a établi le parallèle entre notre camion régie conduit par Vincent (devenu Camerounais) et ce piano.

La dernière soirée était festive.
Nous avons donné un concert gratuit dans le ville de Mbalmayo pour le plus grand plaisir de notre public.
C'était la fiesta!

Puis, la soirée a continué à Mbalmayo, à la maison durant quelques heures.
Chants données par la chorale des femmes de la paroisse (où chante Adèle, la chère maman de de notre cher chef de coeur), puis un peu nous, puis Echo du paradis, qui voulait "gâter le coin".
Nous les avons laissé seuls quelques morceaux, puis le groupe est devenu "echo grenoble du paradis singers".
Tous ensemble nous avons dansé, dansé et dansé, jusqu'à tard dans la nuit.
Ils savent danser, toutes les chorales là-bas ont un rythme qui nous a laissé rêveurs... video
Un aperçu d'Echo du paradis avec au chant notre ami Patrick L'amour Mimbo (ca ne s'invente pas) au surnom Drogba, du nom du joueur de foot.

Puis il a fallu quitter ces amis rencontrés si peu de temps auparavant mais avec lesquels nous avions tant partagé...

Nous avons pu saluer aussi le Papa de Frank, qui est souffrant depuis de longues années.
Mais c'était un moment émouvant pour nous tous.
La famille Mva au grand complet, 3 générations réunies...

Et nous préparer à la seconde étape.
Yaoundé!

Maëva

jeudi 17 avril 2008

divers et varies....






Voici un petit melting pot des images de notre quotidien...A savourer.....

Nous avons vecu pleins d autres aventures depuis mais nous ne pouvons pas vous les transmettre ce soir malheureusement car nous craquons et manquons de tuer un poussin mecanique et le chat bien vivant celui la . Nous rendons l antenne, a vous les studios , Leon !!!! HELP!!!

Bon mary craque, mais elle va bien ne vous inquietez pas..... tout cela pour vous dire qu il y a bcp de chose que non n avons pu mettre, tel la rencontre avec le pere de frank qui fut tres emouvante, les contacts forts noues avec la chorale Echo du Paradis, le concert dans une modeste chapelle de bois, etc etc..... Nous sommes donc actuellememt a Yaounde, depuis deux jours, suite au prochain numero.... On pense bien a vous,

Mary et Pier.

visite tourisitque

Suite du 2 eme jour.....

Suite a la reception chez le maire, celui ci nous a organise une viree touristique dans les environs de M balmayo. En premier la decouverte du petit village d Ebogo, sur les bords du Nyong , fleuve treversant M Balmayo et Yaounde se jetant dans l atlantique.
L accueil fut une fois de plus en danse par les habitants du village et notamment les mamies au pagnes colores et a l energie debordante.
Suite a une balade en pyrogue, le repas cosomme, nous repartons pour le sanctuaire marial:
lieu de culte devoue a Marie d ou nous decouvrons une tres belle vue de la ville et de ces environs. Enfin nous finissons notre visite guidee par les grottes prehistoriques d Akok bekoe ou vivaient les premiers habitants du Cameroun : les pygmes! Personnes de grande taille s abstenir...
Finalement nous cloturons cette belle journee avec un concert dans la chapelle de M balmayo ou l emotion et l energie nous submergent, entre echo du paradis et GGS un lien fort est ne!
Arrivee en musique et en danses.....

Vue du Nyong

Attention madame la residente baissez la tete!!!!

Culte a Zoetele

Le troisieme jour, nous sommes alles animer un culte dans l eglise principale de la paroisse. La chorale Echo du Paradis de Mbalmayo (animee, entre autre, par franky) etait de la partie, ainsi que trois autre chorales de la region...... Apres une deambulation dans la ville et sous nos chers toges isothermes, nous sommes rentres, avec tous les honneurs, dans l eglise.... nous n en resortirons que... CINQ heures apres !
Affames, mais vite rassasies par un nouveau festin, nous rentrons vers M balmayo pour une soiree calme chez les parents de Frank avec un repas leger .
Procession dans la ville de Zoetele.... caniculaire....


L eglise dans laquelle nous restames 5 heures bien sagement..... entre chaleur et somnolence....

Mais toujours fris et dipo pour chanter!

Reception chez Mr le Maire






Mr le maire nous a fait les honneurs.... solennitee du moment, discours et protocole dans une maison d apparat.... buffet et concert a la cle..... nous sommes encore partis dans des danses endiablees , rien de tel apres un bon petit dejeuner. Le maire nous a sacre citoyens d honneur de Mbalmayo, et fait comprendre la mission qui nous incombait : etre des embassadeurs de Mbalmayo en France.

Arrivee suite

Apres une panne d ordi, un texte perdu, une panne de courant,un autre article entier perdu, nous avons traverse Yaounde pour continuer coute que coute notre mission d information... cette fois ci sur un clavier hollandais, vive la mondialisation !!!
Voici la suite de notre periple Haie d honneur et collier de papier....

le tout accompagne de tam tam talentueux...Franky aux anges, avec Adele sa mere (qui est devenue la notre), et notre presidente preferee....
Visages fatigues et ebahis
le premier buffet copieu, premier d une longue liste